Un nouveau portail permet aux centres d’opérations fédéraux de s’échanger de l’information

Qu’est-ce que la connaissance de la situation dans la gestion de la sécurité et des mesures d’urgence?

24 septembre 2014

La collaboration entre les ministères fédéraux en cas d’urgence est primordiale. À mesure que la situation évolue, les ministères doivent pouvoir suivre et gérer l’information rapidement pour aider à protéger les Canadiens. Afin d’intervenir efficacement, les ministères touchés doivent mettre en commun les renseignements dont ils disposent sur la situation. Toutefois, il est parfois difficile de coordonner l’intervention parce que les divers organismes utilisent des systèmes et des processus différents. 

Afin de remédier à ce problème, le Programme canadien pour la sûreté et la sécurité (PCSS), qui est dirigé par Recherche et développement pour la défense Canada, a décidé d’unir ses efforts à ceux du Centre des opérations du gouvernement (COG), qui relève de Sécurité publique Canada. Ensemble, ils ont mis au point le Portail information des centres d’opérations (PICO): un système très efficace à forte résilience, qui améliore la capacité du COG à transmettre des données immédiatement à tous les centres d’opérations fédéraux.

Cette capacité à échanger de l’information plus facilement permet d’améliorer la connaissance de la situation, l’évaluation des risques, la planification collaborative et la coordination pour tous les types d’événements susceptibles d’avoir une incidence sur les Canadiens au pays ou à l’étranger, qu’il s’agisse de l’intervention d’un service d’incendie local lors d’un feu de forêt ou de précautions spéciales dans le cadre des visites de dignitaires étrangers.

 « Typiquement, un incident majeur engendrerait l’échange de centaines de courriels et de dossiers entre les centres. Le portail a donc été créé en vue d’organiser l’information reçue et d’échanger rapidement avec de nombreux centres d’opérations ce qui est pertinent, et ce, d’un simple clic de souris », a affirmé Chantal Bertrand, une agente principale de surveillance du COG.  «  Les outils personnalisés du portail représentent une énorme percée. »

Le portail est aussi très interactif. Il permet aux utilisateurs d’échanger rapidement des documents, de suivre des événements en cours et de publier des avis sur les incidents d’intérêt. Il est aussi doté de fonctionnalités de collaboration personnalisées telles qu’un outil de clavardage, une fonction de contrôle des demandes d’information et un registre de gestion des incidents permettant de catégoriser les alertes reçues.

L’outil de cartographie lié au Système interorganisationnel de connaissance de la situation (SICS) est l’une des fonctionnalités les plus impressionnantes du portail. Mis au point par l’entremise du PCSS, le SICS assure l’interconnexion des divers systèmes informatiques ministériels. Cela permet aux gestionnaires des urgences et aux premiers intervenants d’échanger l’information et les alertes en temps réel, lesquelles sont affichées sur une carte.

Lorsque le PCSS et le COG ont fait équipe en 2011 pour mettre au point le portail, il y avait de plus en plus d’intérêt à l’égard de cette initiative. Plusieurs ministères ont collaboré à la création d’un portail qui soit prêt à être mis à l’essai. Trois ans plus tard, le PICO est maintenant fonctionnel et les ministères s’en servent quotidiennement.

Au départ, seulement quelques ministères fédéraux clés voulaient utiliser l’outil. Cet intérêt s’est accru depuis et 21 ministères et organismes fédéraux – un nombre impressionnant – y ont maintenant recours, et d’autres organismes emboîteront vraisemblablement le pas l’année prochaine.

 « Comparativement à certains scénarios par le passé où les centres d’opérations recevaient les alertes sur les incidents presque en même temps qu’on les diffusait au bulletin de nouvelles locales, ce genre d’échange d’information interinstitutions par l’entremise du portail permet aux gestionnaires d’événements d’avoir une longueur d’avance », explique Chantal Bertrand.

Bien que le portail continue d’évoluer, il constitue déjà un outil puissant. Récemment, une fonction de « messagerie automatique » y a été ajoutée. Celle-ci permet l’envoi d’alertes aux utilisateurs hors ligne des centres d’opérations lorsqu’une demande de renseignement est affichée.

Le portail a déjà amélioré considérablement la capacité du Canada à gérer les incidents et les événements, mais il reste encore des progrès à réaliser. Les organismes fédéraux qui utilisent le portail actuellement sont en train d’examiner comment celui-ci pourrait être utilisé dans les bureaux régionaux. L’utilisation de normes communes en matière de données dans le PICO lui permettra de continuer à croître dans l’avenir.

Date de modification :