Il n’y a pas de feu sans fumée : Des chercheurs perfectionnent un système de prévision des mouvements de fumée

Le 19 mai 2015

L’inhalation de fumée des feux de friches peut avoir des répercussions importantes sur la santé et la sécurité des Canadiens. Elle peut aggraver des maladies existantes, notamment les maladies cardiaques ou pulmonaires, et elle est particulièrement nocive pour les enfants et les personnes âgées. Elle peut également causer des symptômes désagréables comme la toux, des difficultés respiratoires et l’irritation des yeux.  En moyenne, 8 000 feux de friches surviennent chaque année au Canada. La fumée émise peut parcourir des centaines de kilomètres et affecter des millions de personnes.

Par conséquent, il est extrêmement important de prédire les mouvements de fumée et de prévenir le grand public des risques potentiels pour la santé. Le Canada dispose d’un système qui y veille! Ce système, appelé BlueSky Canada, est en service depuis quelques années, mais des investissements récents du Programme canadien pour la sûreté et la sécurité (PCSS) de RDDC ont donné lieu à des avancées importantes. Prenons d’abord un peu de recul et présentons les origines du système. Il y a plusieurs années, des organismes fédéraux et provinciaux ont participé à un atelier à Edmonton afin de se pencher sur les solutions possibles. L’atelier a abouti à un projet pilote dirigé et financé à l’origine par le ministère de l’Environnement de la Colombie-Britannique et le ministère de l’Environnement et du Développement durable des ressources de l’Alberta. Le projet visait à adapter au contexte canadien un système américain appelé BlueSky. Comme plus d’organismes se sont joints au projet, un partenariat informel entre les organismes a été formé, ce qui a permis l’élaboration d’un prototype de BlueSky Canada à l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) en 2010. Le système a rapidement commencé à émettre des prévisions relatives à la fumée pour l’Alberta et la Colombie-Britannique.

L’équipe de BlueSky Canada travaille au Centre de la dynamique computationnelle des fluides liée aux désastres géophysiques, à l’UBC. Cette équipe est formée d’experts en matière d’incendies et de météorologie de Ressources naturelles Canada, d’Environnement Canada, de Parcs Canada, du ministère de l’Environnement de la Colombie-Britannique, du ministère de l’Environnement et du Développement durable des ressources de l’Alberta ainsi que de l’UBC.

BlueSky Canada recueille l’information sur des milliers d’incendies, traite les données sur les émissions et associe les prévisions météorologiques aux données sur le déplacement et la dispersion de la fumée pour fournir des prévisions de la fumée exactes et utiles.

Au printemps 2012, le Bureau de gestion des opérations en cas de catastrophe de Santé Manitoba a fourni à BlueSky les fonds nécessaires pour intégrer la Saskatchewan, le Manitoba et le Nord de l’Ontario. « La prévision des épisodes de fumée et la compréhension accrue du danger nous permettront de mieux assurer la sécurité du grand public », affirme Barbara Crumb, directrice du Bureau.

Depuis ses débuts, BlueSky est le fruit de la collaboration des scientifiques et des experts du domaine qui font partie d’organismes fédéraux et provinciaux, ainsi que du Service des forêts des États-Unis. Ces organismes comprennent ceux mentionnés ci-dessus, ainsi que le ministère des Forêts, des Terres et de l’Exploitation des ressources naturelles de la Colombie-Britannique,  le ministère de l’Environnement de la Saskatchewan, Santé Manitoba et le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario.

En 2013, le Programme canadien pour la sûreté et la sécurité (PCSS), un programme fédéral dirigé par le Centre des sciences pour la sécurité de Recherche et développement pour la défense Canada, en partenariat avec Sécurité publique Canada, a donné un appui important  pour le perfectionnement du système. BlueSky pour l’Est du Canada a alors été créé avec le soutien additionnel du ministère des Richesses naturelles de l’Ontario.

Depuis que le PCSS s’est joint à l’initiative, la portée du système BlueSky Canada a été étendue; le système produit maintenant des prévisions relatives à la fumée pour presque tout le Canada, à l’exception des provinces et des territoires nordiques où la menace posée par les feux de friches est extrêmement faible ou nulle. Les prévisions sont publiées deux fois par jour et tiennent compte des plus récentes données sur les feux de forêt. L’information est accessible en ligne, ce qui permet aux Canadiens de rester informés des mouvements de fumée et de prendre des mesures au besoin.

Le public peut consulter les prévisions relatives à la fumée sur le site FireSmoke.ca (en anglais seulement). Cet outil est de plus en plus connu : pendant la saison des feux (printemps et été) 2014, il a été consulté un quart de millions de fois!

Le système est également utile pour les professionnels de domaines connexes. « À titre de prévisionniste de la qualité de l’air, j’ai intérêt à consacrer temps et énergie dans la consultation d’outils de prévision comme BlueSky. En effet, la modélisation pourrait offrir des prévisions fiables sur les épisodes de fumée majeurs qui pourraient nuire à la qualité de l’air dans les régions densément peuplées », déclare Frank Dempsey du ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique.

Avec l’appui du PCSS, d’autres améliorations sont en cours, notamment l’élaboration d’un système de modélisation qui aidera à prévoir la hauteur atteinte par la fumée des feux de friches. Cette donnée est essentielle, car le vent disperse la fumée pendant qu’elle monte. Une autre amélioration est l’intégration des données sur les émissions associées aux feux de forêt dans la Méthode canadienne d’évaluation des dangers d’incendie de forêt, créée par le Service canadien des forêts. Ce système d’évaluation du danger d’incendie fait partie des sources de renseignements utilisées pour déterminer les panneaux indicateurs de danger d’incendie à installer à l’entrée des parcs et des forêts au Canada.

Le financement du PCSS soutien également la mise au point de BlueSky Canada Playground (en anglais seulement), un outil interactif de prévision de la fumée utilisé par les organismes de gestion des incendies pour prédire les mouvements potentiels de fumée provenant d’opérations de brûlage dirigé. Le brûlage dirigé est un incendie planifié, intentionnellement déclenché par des experts en incendies dans des conditions contrôlées, pour contribuer à prévenir le déclenchement ou la propagation d’incendies. Étant donné que le feu est difficile à maîtriser, les experts en gestion d’incendies doivent faire preuve de prudence lorsqu’ils choisissent l’emplacement d’un brûlage dirigé. BlueSky Playground prédit les mouvements de la fumée du brûlage dirigé, ce qui aide les experts en incendies à choisir l’endroit le plus sécuritaire pour allumer le feu.

La conception de BlueSky Canada est en cours. L’évaluation continue, les améliorations et les commentaires des utilisateurs permettront aux partenaires de perfectionner le système pour qu’il soit un outil toujours plus efficace.

Lire davantage de nouvelles à propos de RDDC

Les astronautes doivent être de bons nageurs et à l’aise dans l’eau, car une bonne partie de leur entraînement se fait dans une piscine. Thomas Karakolis nage pendant l’un des tests d’aptitude qui fait partie du processus de sélection des candidats astronautes.

Un scientifique de la Défense était en lice pour un poste d’astronaute canadien

Thomas Karakolis, un scientifique de Recherche et développement Canada, était l’un des 72 candidats en lice pour le poste du prochain astronaute de l’Agence spatiale canadienne.
Le 24 mars 2017

Des opérateurs du 21e Régiment de guerre électronique de l’Armée canadienne procèdent à la simulation d’opérations offensives de guerre électronique menées contre des forces virtuelles, durant les expériences réalisées dans le cadre de JNEX-1.

Des experts Canadiens et Australiens font des expériences a Shirleys Bay

Des experts canadiens et australiens en guerre électronique ont mené la première expérience interarmées des effets non basés sur les munitions. Ces expériences aideront les Forces armées canadiennes à élaborer des capacités fondées sur le ciblage interarmées qui les aideront à utiliser des capacités basées sur les munitions et non basées sur les munitions pour neutraliser des attaques terroristes avant qu’elles arrivent.
Le 14 mars 2017

RDDC

Déclaration - le premier atelier du nouvel Institut de recherche en défense et sécurité

Déclaration de M. Marc Fortin, Ph. D., Sous-ministre adjoint (Science et technologie) et Chef de la direction de Recherche et développement pour la défense Canada
Le 27 février 2017

Des pompiers utilisent mousse pour eteindre feu de pétrole brut.

Exercise ATHENA galerie d'images

L'exercise ATHENA vise à former les pompiers et les premiers intervenants pour améliorer la réponse du Canada aux incidents comprenent des liquides inflammables transportés par les chemins de fer a l'Institut maritime du Québec à Lévis (Québec).
Le 27 février 2017

Des images colorées de cerveaux par scintigraphie.

Des résultats prometteurs concernant les traumatismes cérébraux

Les scientifiques de Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC) analysent actuellement certaines protéines chez les rats afin de parvenir à mesurer les effets des traumatismes sur le cerveau.
Le 23 janvier 2017

Voir d'autres nouvelles
Date de modification :