Le gouvernement du Canada investit dans la sûreté et la sécurité du Canada

Le 29 janvier 2014

Recherche et développement pour la défense Canada investira environ 14,5 millions de dollars dans 20 nouveaux projets de recherche en sciences et technologie dans le cadre du Programme canadien pour la sûreté et la sécurité.  Tous les projets suivent un modèle de partenariat entre le gouvernement, le monde universitaire et le secteur privé.

Le Programme canadien pour la sûreté et la sécurité a été créé en 2012 dans le but d’investir dans des projets de sciences et de technologie qui renforceront la capacité du Canada à réagir (anticipation, prévention, préparation, intervention et rétablissement) à des catastrophes naturelles, à des accidents graves et à des actes criminels et terroristes, par la convergence de la science et de la technologie avec les politiques, les opérations et le renseignement.

Le Programme canadien pour la sûreté et la sécurité est géré par le Centre des sciences pour la sécurité de Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC CSS). Le centre a été mis sur pied en partenariat avec Sécurité publique Canada et soutient des projets dirigés par soit des instances municipales, provinciales et fédérales ou universitaires, en collaboration avec des organisations de gestion des urgences, des organismes non gouvernementaux, l’industrie et le milieu universitaire.

Des investissements qui permettront d’atteindre les objectifs stratégiques

Le financement versé dans le cadre du Programme canadien pour la sûreté et la sécurité soutient la connaissance des projets et des activités de sciences et d’innovation qui correspondent aux priorités du Canada liées à la sûreté et la sécurité publique. Ces priorités sont mises en évidence au moyen d’évaluations du risque, de la consultation des communautés d’experts en la matière et de la collaboration avec des organismes centraux et des entités stratégiques, opérationnelles et du renseignement.

Les investissements doivent contribuer à atteindre le principal objectif du programme qui est de veiller à ce que les Canadiens et leurs institutions présentent une plus forte résilience aux menaces internationales et nationales contre la sécurité publique.

Ces efforts sont guidés par un ensemble d’objectifs à long terme, qui sont les suivants : la circulation sécuritaire et efficiente des personnes, des biens et des services aux frontières et aux points d’entrée du Canada; un système de gestion des urgences nationales, de la sécurité et du renseignement qui touche de multiples administrations gouvernementales et les relie entre elles; et l’assurance du public que les risques sont détectés, évalués et éliminés d’une manière qui respecte les valeurs des Canadiens.

Appel de propositions

Le Programme canadien pour la sûreté et la sécurité a pour but de développer un espace collaboratif où les praticiens de l’industrie, des universités, des niveaux multiples du gouvernement ainsi que du domaine de la sûreté et de la sécurité peuvent travailler ensemble à l’élaboration de nouvelles connaissances et technologies pour atténuer la vulnérabilité et les risques.

Le gouvernement du Canada a annoncé en mars 2013 un investissement d’environ 20 millions de dollars pour des projets de recherche en sciences et technologie dans le cadre du même programme.

Les projets du deuxième appel de propositions dans le cadre du Programme canadien pour la sûreté et la sécurité ont maintenant été identifiés :

  1. La Gendarmerie royale du Canada dirigera (GRC) dirigera un projet qui aidera à améliorer les capacités de surveillance frontalière sur les Grands Lacs et la Voie maritime du Saint-Laurent. Partenaires : Accipiter Radar Technologies Inc. et United States Coast Guard.
  2. Travaux publics et Services gouvernementaux Canada dirigera la formulation d’une norme nationale visant l’équipement de protection individuelle (EPI). Cette norme aidera les premiers répondants à choisir, à utiliser et à entretenir leur EPI lors d’enquêtes sur des laboratoires de drogues clandestins et de leurs démantèlements. Partenaires : Groupe de l’Association canadienne de normalisation; Collège militaire royal du Canada; et GRC.
  3. Industrie Canada dirigera un projet qui aidera à définir, concevoir, construire, mettre à l’essai et utiliser un service d’alerte publique directement lié aux téléphones cellulaires d’une région touchée. L’élaboration d’un tel service d’alerte publique aidera à informer rapidement les citoyens de menaces immédiates à leur sûreté et à leur sécurité. Partenaires : Bell Mobilité, Bureau du commissaire des incendies et de gestion des urgences de l’Ontario; Ontario Power Generation; Pelmorex Communications; et Sécurité publique Canada (SP). 
  4. Le ministère des Ressources naturelles de la Nouvelle‑Écosse dirigera l’élaboration d’un site Web de cartographie où les représentants de gestion communautaire des urgences et d’autres parties intéressées peuvent obtenir immédiatement de l’information sur l’étendue possible d’une inondation côtière. Partenaires : ministère des Pêches et des Océans Canada; Environnement Canada; Organisation des mesures d’urgence du Nouveau‑Brunswick (N.‑B.); Bureau du gouvernement local et des changements climatiques du N.‑B.; Direction de l’environnement et des changements climatiques de la N.‑É.; ministère de la Santé et du Bien‑être et Service de gestion des urgences de la N.‑É.; Bureau de la sécurité publique de l’Île‑du‑Prince‑Édouard (Î.‑P.‑É.); ministère de l’Environnement, du Travail et de la Justice de l’Î.‑P.‑É.; Bureau de l’Infrastructure topographique de Service N.‑B.; Bureau de Service N.‑É.; et des relations municipales.
  5. Sécurité publique Canada dirigera une étude visant à produire des « algorithmes d’apprentissage automatique » pour un système informatique qui servira à reconnaître les données de réseau malveillantes. Ces algorithmes aideront à détecter les « menaces sophistiquées et persistantes » à l’endroit des réseaux informatiques. Partenaire : Université Dalhousie.
  6. Sécurité publique Canada dirigera l’élaboration d’une méthode visant à tirer profit des ressources intersectorielles afin d’analyser plus efficacement le renseignement essentiel, en temps réel, par rapport aux cybermenaces émergentes. Cette méthode fournira des capacités d’aide aux collectivités de la sécurité et du renseignement lors d’une enquête sur les cybermenaces par rapport aux infrastructures essentielles. Partenaires : École polytechnique et Ressources naturelles Canada (RNCan).
  7. Le Bureau d’évaluation environnementale du gouvernement de la Colombie‑Britannique dirigera une série d’études de cas concernant les technologies de réseau intelligent dans le but de comprendre les points faibles de la sécurité du Canada. Ces études fourniront de précieuses connaissances aux organismes de direction et appuieront les futurs efforts de ces derniers à protéger le réseau électrique du Canada. Partenaires : ABB Inc.; Gouvernement de la Colombie‑Britannique; et Tantalus Systems.
  8. Le Service des incendies de la Ville d’Ottawa dirigera l’élaboration d’un plan de formation sur la dynamique du feu qui aidera à canaliser les connaissances essentielles actuelles et les lacunes en matière de capacité. Cette formation sera intégrée aux normes de certification d’entraînement à la lutte contre les incendies qui seront adoptées et utilisées par tous les services d’incendie du Canada. Partenaires : Calgary Fire Department; Service régional des mesures d’urgence et des incendies de Halifax; et Service de sécurité incendie de Montréal.
  9. L’École nationale de police du Québec dirigera un projet visant à élaborer un outil qui aidera à documenter les pratiques exemplaires et les leçons apprises concernant l’utilisation de communications et de technologies d’information dans le cadre de la gestion de la sécurité lors d’événements importants. Partenaires : GRC, Sûreté du Québec et Ville de Québec.
  10. Le Comté de Hastings dirigera une étude visant à examiner les répercussions économiques de programmes paramédicaux communautaires et leur valeur à l’intérieur du système de soins de santé global. Partenaires : Comté de Renfrew, Corporation des Services médicaux d’urgence de Hastings ; Corporation des soins de santé du comté de Quinte.
  11. Sécurité publique Canada dirigera une étude de recherche coopérative avec des chercheurs universitaires et des représentants du gouvernement dans le but de partager des renseignements et régler les lacunes de connaissance sur la lutte à la violence des extrémistes. Partenaires : GRC et Université de la Colombie‑Britannique.
  12. Ressources naturelles Canada dirigera un projet visant à élaborer des outils qui produiront et afficheront automatiquement des résultats concernant les répercussions de tremblements de terre importants. Ces renseignements sont essentiels à la gestion des catastrophes. Ils permettent de renseigner les collectivités de gestion des mesures d’urgence et de la sécurité publique dans l’ensemble de l’ampleur éventuelle et des caractéristiques associées aux dangers sismiques. Partenaires : École de technologie supérieure; ministère de la Sécurité publique du Québec; RNCan; ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels de l’Ontario; Sécurité publique Canada; Transports Canada (TC); Université d’Ottawa; Université de Waterloo; et Université Western Ontario.
  13. Énergie atomique du Canada Limitée dirigera un projet qui aidera à trouver un traitement amélioré pour les personnes ayant inhalé des particules radioactives lors d’un événement radionucléaire. Partenaires : Services de santé des Forces canadiennes; Santé Canada; et Université du Manitoba.
  14. Le ministère de la Défense nationale dirigera une étude clinique qui contribuera à la recherche en cours sur le développement d’un antidote aux agents neurotoxiques (HI-6) que l’on peut administrer par voie intramusculaire ou intraveineuse. Partenaires : Recherche et développement pour la défense Canada; Ethica CRO Inc.; ministère de la Défense des Pays‑Bas; Agence de la santé public du Canada; et ministère de la Défense du Royaume-Uni.
  15. Industrie Canada dirigera une étude qui aidera au développement d’un cadre sûr et fonctionnel qui permettra l’échange de renseignements de nature sensible entre les opérateurs de réseaux de télécommunications. Partenaires : Centre de services partagés du Québec; et Centre de risque et de performance de Polytechnique Montréal.
  16. Le Service de gestion des mesures d’urgence de la Colombie‑Britannique dirigera un projet de démonstration de technologie qui aidera à améliorer l’interopérabilité et la sensibilisation situationnelle entre les ressources d’aviation d’organismes multiples lors d’événements de gestion de mesures d’urgence. Partenaires : Service d’ambulance de la Colombie‑Britannique; Ministry of Forest, Lands and Natural Resource Operations de la Colombie‑Britannique; et Selkirk Systems Inc.
  17. La Gendarmerie royale du Canada dirigera le développement d’un programme de formation sur les explosifs artisanaux destiné aux policiers destiné aux forces policières civiles et aux premiers répondants. Ce programme de formation comprendra plusieurs aspects importants de la lutte aux explosifs artisanaux, depuis l’arrivée sur la scène jusqu’au nettoyage final. Partenaires : Global Tactical Solutions; HardPoint Defense & Security Technologies Inc.; ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels de l’Ontario; et Police provinciale de l’Ontario.
  18. Travaux publics et Services gouvernementaux Canada dirigera un projet visant à améliorer les capacités de préparation et de prévention du Canada contre les risques de souffle. Ce projet permettra de préciser des lignes directrices relatives aux pratiques exemplaires et de concevoir des ancrages de rétention de fenêtres résistantes aux explosions. Partenaires : Advanced Coatings Enterprises Windows; AMBICO Ltd.; Baker Risk Ltd.; Université Carleton; Association Canadienne de normalisation; ministère des Affaires étrangères; du Commerce et du Développement; Environnement Canada; RNCan; GRC et Université d’Ottawa.
  19. Le gouvernement de la Saskatchewan dirigera un projet de démonstration de technologie pour aider à l’élaboration et à la commercialisation d’un outil qui permettra aux premiers répondants de partager des renseignements essentiels sur l’infrastructure par l’entremise d’une technologie sans fil fiable, précise et sûre. Partenaires : Advance Property Exposure Canada Inc.; Groupe d’intérêt canadien en technologie de l’interopérabilité; et Université d’Ottawa.
  20. L’Agence des services frontaliers du Canada dirigera un projet qui fera l’essai de l’état d’avancement de la technologie de reconnaissance du visage comme moyen d’épuration d’une liste de surveillance dans un environnement opérationnel. Partenaires : ADGA Group Consultants Inc.; Service de police de Calgary; Department of Homeland Security; NextgenID Canada Inc.; Bureau du commissaire à l’information et à la protection de la vie privée de l’Ontario; Sécurité publique Canada; GRC; TC et l’université de Québec.

-30-

Lire davantage de nouvelles à propos de RDDC

Les astronautes doivent être de bons nageurs et à l’aise dans l’eau, car une bonne partie de leur entraînement se fait dans une piscine. Thomas Karakolis nage pendant l’un des tests d’aptitude qui fait partie du processus de sélection des candidats astronautes.

Un scientifique de la Défense était en lice pour un poste d’astronaute canadien

Thomas Karakolis, un scientifique de Recherche et développement Canada, était l’un des 72 candidats en lice pour le poste du prochain astronaute de l’Agence spatiale canadienne.
Le 24 mars 2017

Des opérateurs du 21e Régiment de guerre électronique de l’Armée canadienne procèdent à la simulation d’opérations offensives de guerre électronique menées contre des forces virtuelles, durant les expériences réalisées dans le cadre de JNEX-1.

Des experts Canadiens et Australiens font des expériences a Shirleys Bay

Des experts canadiens et australiens en guerre électronique ont mené la première expérience interarmées des effets non basés sur les munitions. Ces expériences aideront les Forces armées canadiennes à élaborer des capacités fondées sur le ciblage interarmées qui les aideront à utiliser des capacités basées sur les munitions et non basées sur les munitions pour neutraliser des attaques terroristes avant qu’elles arrivent.
Le 14 mars 2017

RDDC

Déclaration - le premier atelier du nouvel Institut de recherche en défense et sécurité

Déclaration de M. Marc Fortin, Ph. D., Sous-ministre adjoint (Science et technologie) et Chef de la direction de Recherche et développement pour la défense Canada
Le 27 février 2017

Des pompiers utilisent mousse pour eteindre feu de pétrole brut.

Exercise ATHENA galerie d'images

L'exercise ATHENA vise à former les pompiers et les premiers intervenants pour améliorer la réponse du Canada aux incidents comprenent des liquides inflammables transportés par les chemins de fer a l'Institut maritime du Québec à Lévis (Québec).
Le 27 février 2017

A mixed platoon of Canadian and New Zealand soldiers participating in the U.S. Joint Staff-led Exercise BOLD QUEST, a demonstration and assessment that took place from October 24 to November 3, 2016 in Fort Stewart, Georgia.

L’Armée canadienne s'appuie sur la science

Apprenez-en plus à propos des scientifiques au Centre d’analyse et de recherche opérationnelle qui évaluent les technologies appuyant l’interopérabilité durant deux exercices multinationales dirigées par les États-Unis.
Le 18 janvier 2017

Voir d'autres nouvelles
Date de modification :