Un logiciel de poursuite multicibles améliore les produits radar d'application commerciale

Galerie d'images

Le 28 mai 2015

Un logiciel qui permet au radar de poursuivre plusieurs cibles à la fois a été ajouté à la gamme de produits radar Sigma S6 développée par Rutter Inc., une société canadienne établie à St. John’s, Terre-Neuve.

Le logiciel a été développé par des scientifiques de Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC) à partir de modèles dynamiques à base de filtres et d'algorithmes d'association de données évolués. Les algorithmes élaborés par les scientifiques de RDDC peuvent détecter et poursuivre plusieurs cibles.  Ils déterminent les critères à utiliser pour regrouper les données et choisir les cibles à poursuivre, dans un ensemble de données bruitées.   En d'autres mots, le logiciel de RDDC est ce qui permet au détecteur de détecter. Ce dispositif de poursuite unique et puissant est un élément important de la ligne radar.

Les partenariats sont au cœur du succès de RDDC. En effet, RDDC explore activement les occasions de collaborer en matière de défense et de sécurité avec des partenaires de l’industrie, du milieu universitaire, d'autres gouvernements, d'agences ou d'alliés internationaux afin de faire avancer le développement des connaissances et de la technologie nécessaires pour défendre les intérêts du Canada. En tant que chef de file national en matière de sciences et technologie pour la défense et la sécurité, RDDC fournit au ministère de la Défense nationale, aux Forces armées canadiennes et aux communautés de la sécurité publique et de la sûreté nationale les connaissances dont ils ont besoin en sciences et technologie.

« Ce logiciel permet de poursuivre simultanément des cibles marines qui se déplacent rapidement ou plus lentement, ou qui effectuent de nombreuses manœuvres, » a indiqué Stephen Hale, directeur des ventes et du marketing à Rutter, à propos du nouveau dispositif de poursuite.  « Et ce, le système l'effectue avec un minimum de configuration et d'interaction de la part de l'utilisateur. » 

« En définitive, on a un algorithme de poursuite beaucoup plus efficace donnant des résultats nettement meilleurs et exigeant beaucoup moins d'interventions de la part des utilisateurs. C'est exactement ce que nous visions »

—Stephen Hale, directeur de recherche et développement à Rutter.

« Le filtre Kalman est un algorithme qui réduit le bruit. Il ne le supprime pas entièrement, mais il réduit considérablement l'erreur de mesurage, » a expliqué Jack Ding, Ph. D., scientifique de la défense qui a fait partie de l'équipe de RDDC chargée de développer le dispositif de poursuite.

Les produits radar de Rutter balaient un secteur d'azimut de 360 degrés et peuvent détecter toutes les cibles dans ce rayon.  Leur processeur de radar d'ancienne génération pouvait poursuivre des cibles en train de manœuvrer, mais Rutter a voulu améliorer les capacités de ses dispositifs et réduire la quantité d'interventions que ceux-ci exigent de la part de l'utilisateur.

Desmond Smith, directeur de recherche et développement à Rutter, s'est tourné dès le départ vers M. Ding, Ph. D., expert reconnu en radar, pour profiter de son savoir-faire et de ses conseils.

« Je lui ai dit que nous avions en fait un outil qui pourrait être utile, » a dit M. Ding, Ph. D.

Pour vérifier si le logiciel de poursuite convenait à la tâche, on a fourni à RDDC une série de contacts radar inconnus à traiter. 

« Nous savions ce que ces cibles étaient et quels étaient réellement leurs comportements.  Après qu'ils nous aient donné les résultats, nous étions convaincus que nous devions examiner de plus près ce logiciel de poursuite de RDDC, » a confié Smith.

Ainsi, une licence conventionnelle a été établie, et l'équipe de Rutter a intégré le logiciel de poursuite à sa gamme de produits Sigma S6.

« Le fait que nous n'avons éprouvé aucun problème marquant durant le développement témoigne de la qualité du travail qu'ils ont fait. C'était extrêmement rigoureux, » a décrit Smith.

« En définitive, on a un algorithme de poursuite beaucoup plus efficace donnant des résultats nettement meilleurs et exigeant beaucoup moins d'interventions de la part des utilisateurs.  C'est exactement ce que nous visions, » a déclaré Hale.

M. Ding, Ph. D.,  a expliqué comment le logiciel de poursuite s'intègre à un grand système de simulation radar multifonctionnel, utilisé en partenariat avec l'Australie, le Royaume-Uni, les États-Unis et d'autres nations alliées. 

Actuellement, le simulateur sert aux programmes d'acquisition de nouveaux navires de la Marine royale canadienne pour aider à définir les exigences en matière de radar.

Des produits radar tels que ceux-ci sont utilisés mondialement dans plusieurs applications embarquées ou côtières, notamment pour la détection des déversements pétroliers, la détection des glaces et la navigation dans les glaces ou la détection de petites cibles.  

« Nous envisageons des applications en sécurité portuaire, car les ports et les villes cherchent à protéger leurs infrastructures stratégiques.  Ce produit nous permettra d'axer davantage nos efforts sur le secteur de la sûreté et de la sécurité - qui est colossal, » a expliqué Hale.

M. Ding, Ph. D., a précisé qu'en tant qu'employé du gouvernement fédéral, il est heureux d'appuyer l'économie canadienne et d'aider le secteur industriel canadien à développer de nouveaux produits pour être plus concurrentiel à l'échelle mondiale, mais il estime également qu'il est avantageux pour RDDC d'être présent dans le marché. « Travailler de concert avec l'industrie nous aide à mieux comprendre la nature des algorithmes; nous pouvons alors dire à nos clients que ce logiciel de poursuite a été éprouvé et qu'il a déjà traité un certain nombre de cibles, » a dit M. Ding, Ph. D.

Lire davantage de nouvelles à propos de RDDC

Les astronautes doivent être de bons nageurs et à l’aise dans l’eau, car une bonne partie de leur entraînement se fait dans une piscine. Thomas Karakolis nage pendant l’un des tests d’aptitude qui fait partie du processus de sélection des candidats astronautes.

Un scientifique de la Défense était en lice pour un poste d’astronaute canadien

Thomas Karakolis, un scientifique de Recherche et développement Canada, était l’un des 72 candidats en lice pour le poste du prochain astronaute de l’Agence spatiale canadienne.
Le 24 mars 2017

Des opérateurs du 21e Régiment de guerre électronique de l’Armée canadienne procèdent à la simulation d’opérations offensives de guerre électronique menées contre des forces virtuelles, durant les expériences réalisées dans le cadre de JNEX-1.

Des experts Canadiens et Australiens font des expériences a Shirleys Bay

Des experts canadiens et australiens en guerre électronique ont mené la première expérience interarmées des effets non basés sur les munitions. Ces expériences aideront les Forces armées canadiennes à élaborer des capacités fondées sur le ciblage interarmées qui les aideront à utiliser des capacités basées sur les munitions et non basées sur les munitions pour neutraliser des attaques terroristes avant qu’elles arrivent.
Le 14 mars 2017

RDDC

Déclaration - le premier atelier du nouvel Institut de recherche en défense et sécurité

Déclaration de M. Marc Fortin, Ph. D., Sous-ministre adjoint (Science et technologie) et Chef de la direction de Recherche et développement pour la défense Canada
Le 27 février 2017

Des pompiers utilisent mousse pour eteindre feu de pétrole brut.

Exercise ATHENA galerie d'images

L'exercise ATHENA vise à former les pompiers et les premiers intervenants pour améliorer la réponse du Canada aux incidents comprenent des liquides inflammables transportés par les chemins de fer a l'Institut maritime du Québec à Lévis (Québec).
Le 27 février 2017

A mixed platoon of Canadian and New Zealand soldiers participating in the U.S. Joint Staff-led Exercise BOLD QUEST, a demonstration and assessment that took place from October 24 to November 3, 2016 in Fort Stewart, Georgia.

L’Armée canadienne s'appuie sur la science

Apprenez-en plus à propos des scientifiques au Centre d’analyse et de recherche opérationnelle qui évaluent les technologies appuyant l’interopérabilité durant deux exercices multinationales dirigées par les États-Unis.
Le 18 janvier 2017

Voir d'autres nouvelles
Date de modification :