Satisfaire aux exigences des Forces armées canadiennes

RDDC a conçu le système perfectionné de casque modulaire intégré pour mieux protéger le soldat contre les nombreux dangers qui le menacent sur le champ de bataille.

RDDC a conçu le système perfectionné de casque modulaire intégré pour mieux protéger le soldat contre les nombreux dangers qui le menacent sur le champ de bataille.

Les besoins du ministère de la Défense nationale (MDN), des Forces armées canadiennes (FAC) et de leurs partenaires du domaine de la sécurité et la sûreté sont diversifiés et s’étalent sur des périodes à court et à long termes. Bien que les militaires ont des besoins particuliers pour faire face aux menaces en temps réel auxquelles ils sont confrontés sur un théâtre d’opérations, il faut également anticiper les nouvelles menaces et élaborer des mesures d’intervention efficaces pour les contrer.

La communauté de la défense et de la sécurité du Canada s’appuie également sur Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC) et ses partenaires afin de repérer les avancées scientifiques et technologiques qui pourraient avoir une incidence cruciale sur la défense du Canada et la sécurité de ses citoyens.

Les travaux en sciences et technologie (S & T) de RDDC procurent aux FAC l’avantage dont elles ont besoin pour vaincre leurs adversaires. La S & T  en matière de défense joue un rôle essentiel au sein de tous les environnements; qu’il s’agisse de détecter un navire ennemi sans être repéré, de protéger les communications contre le brouillage intentionnel, d’échapper à un missile air-air ou de tirer profit de la connaissance de la situation acquise grâce aux systèmes spatiaux, RDDC produit les résultats escomptés.

Des opérateurs du 21e Régiment de guerre électronique de l’Armée canadienne procèdent à la simulation d’opérations offensives de guerre électronique menées contre des forces virtuelles, durant les expériences réalisées dans le cadre de JNEX-1.

Des experts Canadiens et Australiens font des expériences a Shirleys Bay

Des experts canadiens et australiens en guerre électronique ont mené la première expérience interarmées des effets non basés sur les munitions. Ces expériences aideront les Forces armées canadiennes à élaborer des capacités fondées sur le ciblage interarmées qui les aideront à utiliser des capacités basées sur les munitions et non basées sur les munitions pour neutraliser des attaques terroristes avant qu’elles arrivent.
Le 14 mars 2017

A mixed platoon of Canadian and New Zealand soldiers participating in the U.S. Joint Staff-led Exercise BOLD QUEST, a demonstration and assessment that took place from October 24 to November 3, 2016 in Fort Stewart, Georgia.

L’Armée canadienne s'appuie sur la science

Apprenez-en plus à propos des scientifiques au Centre d’analyse et de recherche opérationnelle qui évaluent les technologies appuyant l’interopérabilité durant deux exercices multinationales dirigées par les États-Unis.
Le 18 janvier 2017

Voir d'autres nouvelles

Créer des forces agiles et adaptables en vue de mener à bien les missions liées à un vaste éventail d’opérations

Un CF18 Hornet roule sur la piste, le 9 avril 2014, à Yellowknife (Territoires du Nord-Ouest), pendant l’opération SPRING FORWARD. Photo : Cpl Kevin McMillan, Caméra de combat des Forces canadiennes.

Cpl Kevin McMillan, Caméra de combat des Forces canadiennes.

Il est essentiel de maximiser l’efficacité opérationnelle et la sécurité des membres, des plateformes et des armes des FAC. Les FAC requièrent des ressources pour contrer les menaces non conventionnelles en constante évolution et les nouvelles menaces, notamment :

  • les engins explosifs improvisés (IED)
  • les agents chimiques et biologiques
  • les capacités futures

L’élargissement de la couverture des capteurs et l’utilisation de l’automatisation ainsi que de la commande à distance des systèmes d’armes offrent aux FAC le temps et l’espace suffisants dont elles ont besoin pour mieux intervenir en cas de menace.

La capacité des FAC à mener des opérations dans l’Arctique ainsi que dans d’autres conditions extrêmes ou hostiles constitue une priorité, tout comme l’efficacité des missions dans les domaines de l’espace et du cyberespace.

Les Forces d’opérations spéciales ont des besoins uniques qui montrent à quel point il est essentiel de garder une longueur d’avance sur les menaces, les besoins et les technologies qui évoluent rapidement.

RDDC s’assure de faire connaître aux FAC quels sont les nouvelles tactiques et les nouveaux systèmes comme, par exemple,  les micro-capteurs et la cyberinfiltration de systèmes clés, pour qu’elles soient prêtes à y faire face.

Aider et appuyer des membres des FAC et des employés civils avant, pendant et après les opérations

L’aspect humain de la capacité militaire est un facteur essentiel à la connaissance de la situation, à la prise de décisions et, à la compréhension et à la prévision d’intentions hostiles. RDDC travaille en collaboration avec les membres des FAC afin d’optimiser l’utilisation de l’équipement et des systèmes militaires.

Afin de mieux soutenir les membres des FAC et leurs familles, RDDC fait de la recherche et met au point des méthodes et des technologies visant à prévenir ou à réduire les effets immédiats et à long terme sur la santé liés aux opérations.

En ce qui concerne l’avenir, on s’attend à ce que les méthodes d’ingénierie appliquées à la biologie continuent de transformer les sciences de la vie en fournissant éventuellement de nouvelles façons d’augmenter la performance humaine, de prévenir les maladies et de prendre soin des blessés. RDDC mène également des recherches stratégiques et opérationnelles afin d’améliorer la capacité des FAC à offrir des programmes et des services qui favorisent le bien-être des militaires et de leurs familles et les préparent à une transition à la vie civile.

Permettre l’acquisition, l’échange et l’utilisation de renseignements essentiels en appui à la connaissance de la situation et à la prise de décisions

RDDC poursuit, sur une base continue, ses recherches visant à permettre d’incorporer et de comprendre les multiples sources de données de ses alliés dans le contexte d’opérations de coalition ou les sources de données liées aux menaces, aux intentions ou aux capacités d’adversaires potentiels, afin d’améliorer la connaissance de la situation des FAC.

RDDC veille à ce que les systèmes informatiques essentiels au commandement et au contrôle du personnel militaire soient sécurisés, résilients et déployables. De plus, RDDC vise continuellement à améliorer ces systèmes afin d’assurer une prise de décisions plus rapide et plus judicieuse et de protéger ces derniers contre les cyberattaques pendant les missions des Forces.

RDDC collabore avec ses partenaires afin que les FAC puissent pleinement exploiter les possibilités que leur offrent l’espace et le cyberespace pour soutenir les opérations. L’espace constitue l’endroit le plus élevé à partir duquel on peut effectuer de la surveillance de zones étendues. Il accroît ainsi la capacité de surveillance des FAC pour les zones côtières, le territoire et l’espace aérien du Canada. On s’attend à ce que les avancées dans les domaines des microsatellites, des capteurs de surface pour la surveillance continue, des réseaux mobiles et de l’exploration de données présentent de nouveaux défis et de nouvelles possibilités quant à leurs applications potentielles dans le domaine de la défense et de la sécurité.

Élaborer et mettre en œuvre des solutions en vue de s’assurer que le MDN et les FAC sont abordables et durables

Afin d’atteindre cet objectif, le MDN et les FAC doivent intégrer l’information sur le personnel, la formation, l’équipement et les finances afin de brosser un tableau complet de la posture et de la disponibilité opérationnelle de la force d’aujourd’hui et de demain. RDDC travaille avec les FAC afin d’élaborer des méthodes et des technologies qui permettront d’intégrer systématiquement les capacités, les risques et les éléments de preuve scientifiques à la planification stratégique et à la prise de décisions.

Appuyer les intervenants en matière de sûreté et de sécurité publique dans leur mission visant à protéger les Canadiens

Les exercices à grande échelle menés au Centre de technologie antiterroriste de RDDC préparent les spécialistes en agents chimiques, biologiques, radiologiques, nucléaires et explosifs à intervenir en cas d’incident terroriste ou de catastrophe naturelle et à réduire les risques qui y sont associés.

Les exercices à grande échelle menés au Centre de technologie antiterroriste de RDDC préparent les spécialistes en agents chimiques, biologiques, radiologiques, nucléaires et explosifs à intervenir en cas d’incident terroriste ou de catastrophe naturelle et à réduire les risques qui y sont associés.

Le MDN, les FAC et leurs partenaires de tous les ordres de gouvernement doivent travailler en collaboration afin d’assurer un niveau accru de résilience à l’égard de difficultés en matière de sûreté et de sécurité tant à l’échelle nationale que sur la scène internationale.

L’atténuation des menaces à l’infrastructure essentielle favorise la libre circulation de biens et de services ainsi que la coopération en matière de sécurité aux frontières du Canada. RDDC travaille avec les praticiens, les premiers répondants et les communautés afin d’augmenter leur niveau de préparation, l’interopérabilité de leurs activités, la sûreté ainsi que leurs capacités d’intervention et de récupération. Pour ce faire, il faut élaborer et mettre en œuvre des solutions novatrices en vue de surmonter les obstacles que présente chacun de ces trois grands secteurs, notamment en améliorant :

  • l’équipement et les technologies;
  • les stratégies;
  • la doctrine et les tactiques;
  • les exercices et l’instruction;
  • l’échange d’information.

Anticiper les menaces futures, s’y préparer et en contrer l’émergence

Le système sentinelle multi agents tactique (MATS) sans pilote utilise un bras robotique téléguidé pour trouver des sources de radiation.

RDDC

Le système sentinelle multi agents tactique (MATS) sans pilote utilise un bras robotique téléguidé pour trouver des sources de radiation.

Les nouvelles capacités ne cessent de modifier le caractère de la guerre et constituent des défis difficilement prévisibles pour les personnes chargées d’assurer la sécurité nationale. Ces transformations sont souvent le fruit de percées scientifiques ou technologiques, comme cela a été le cas lors de l’adoption du radar, de véhicules furtifs et sans pilote, ou de l’utilisation particulière d’outils existants, notamment en Afghanistan, où des détentes radiocommandées ont servi à déclencher des engins explosifs.

Afin de réagir de manière efficace aux nouvelles menaces, il faut une collaboration étroite et continue entre les experts en S & T, renseignement et développement de la force et les experts alliés pour que les innovations soient signalées rapidement et que les FAC puissent garder une longueur d’avance sur ses adversaires.

Date de modification :